Etat d’entretien de Guémené-sur-Scorff

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Murets endommagés
Etat du mur
Signalisation pour véhicules manquante
Etat du pillier
Manque de signalisation pour véhicules
Signalitique confuse
Muret manquant
Pour quand la réparation de la fontaine?
Portail du monument aux morts
Etat du muret

Voici ce qui nous a été rapporté par des habitants de la commune qui, comme nous tous, aimons nous y promener. Nous espérons que cela serve la cause publique, partagée par toutes et tous.

1. Les portes et fenêtres situées à l’arrière de la salle polyvalente, côté Jardin des lutins. Menuiseries de qualité, en bois. Portes et fenêtres aux peintures non entretenues, partie de boiserie à reprendre. Nous connaissons tous le prix en cas de changement. Ne voulons nous pas épargner cette dépense à la commune. Nos agents techniques se feront un plaisir de leur donner un coup de neuf.

2. Même problème pour la façade du commerce Roudenn Grafik ( local loué à la commune ). Constituée de boiseries typique d’époque années 50-60, parties sculptées, remarquable car en plein centre, rue du château, et peu nombreuses dans la commune. 
Pourquoi alors ne pas l’entretenir ? On constate des dégradations avancées mais non irrémédiables de boiserie causées par le non entretien des peintures et l’infiltration d’eau. Le locataire avait pourtant signalé le besoin d’entretien à la mairie.

3. Le muret de l’esplanade du Grand Rempart restera t’il dans cet état encore longtemps ? Les restes en béton et acier d’un ancien portail datant de l’epoque où l’hôtel de ville était l’hôtel moderne, reste sur ce même mur, le long d’un des piliers, près de l’office du tourisme. Y trouvez vous la un sens esthétique ou comptez vous un jour nous en débarrasser pour de bon et mener les travaux intégralement en attachant de l’importance à ces détails qui rendrait l’ensemble impeccable ? Le chantier Nature et Patrimoine ne pourrait il pas intervenir ?

4. Pourquoi l’époque de l’hôtel Moderne, 19 ème, son parc, son plan d’eau, n’apparaît nulle part sur un présentoir, un mur, sous forme de panneau, dans les guides ou commentaires historiques que l’on trouve à l’office du tourisme ?

5. A la sortie du chemin forestier qui commence au pied du lotissement la Garenne et qui débouche dans la rue de LannVoge, les marches et la rampe en bois, sont depuis plus d’un an cassée et à terre, des fers à bétons demeurent dangereux en cas de chute, sol glissant. Signalé â plusieurs reprises. Entretenir et développer les liaisons douces et chemins de promenade semble évident au regard du grand nombre de promeneurs que la commune accueille tout au long de l’année, mais encore faut il le savoir et aimé se promener dans sa commune ! ( chantier Nature et Patrimoine ?)
Les bancs publics sont eux aussi dans un état….parfois placés en pente, près des poubelles .. sans commentaires..  La commune n’est pourtant pas grande, quiconque se promène constaté. Ce serait bien de les réparer et éventuellement de les changer de place pour les mettre dans des endroits sympas.

Pourquoi l’époque de l’hôtel Moderne, qui est ensuite devenu l’hôtel de ville, datant du 19 eme, où il y avait un parc, un plan d’eau, ses passerelles, n’apparaît nulle part sous forme de photos, pourtant si bucoliques, sur un présentoir, un mur, dans les guides ou commentaires historiques que l’on trouve à l’office du tourisme ? Pourquoi écarter cette partie de l’histoire pourtant si romantique ?

6.Les grilles d’évacuation sont toutes bouchées de feuilles, de terre, sable, poussières…. L’automne étant passé, ne serait-ce pas venu le temps de les nettoyer ? Car le flux d’eau descend plus bas et peut provoquer des désagréments s’il venait à trop s’accumuler.

7. La tête du lampadaire (poteau )  rue saint Roch, près de la Porterie n’est plus. Il penchait, il y a un an bientôt, avait été enlevé mais n’a pas encore été remis en place. Quand reviendra t’il ?

8. Un an aussi pour la plaque de rue Joseph le Calve qui n’est elle aussi pas revenue.

9. Signalétique temporaire : pourquoi ne pas envisager des panneaux définitifs, une solution durable, et normale, indiquant le parking du clos des Princes et pour l’interdiction d’accès aux chiens au grand rempart ? Car les imprimés plastifiés ne tiennent jamais longtemps et ne sont pas renouvelés, deviennent illisibles avec l’humidité et finissent par s’envoler…

10. Lotissement de La Garenne ; pourquoi ne pas mandater d’autres professionnels de l’immobilier pour augmenter les chances de vendre d’autres terrains ? Il semblerait bien qu’un appel d’offre soit nécessaire des lors que le privé intervient dans le bien publique.

11. La coupe d’arbres peut être légitime mais peut inquiéter celles et ceux qui y voit une atteinte à leur cadre de vie.Deux arbres à l’école Louis Hubert, un devant la poste, et peut être plus inquiétant encore, 5 sur la montagne du clocher, pourtant remarquable d’un point de vue patrimonial. A t’on fait appel à  une expertise pour juger d’un éventuel caractère dangereux nécessitant l’abattage ? Sinon, quelles ont été les motivations ?
D’une manière générale, le cadre de vie est ce qui est le plus partagé entre tous les habitants. Véritable vitrine de la commune, il en est la signature inimitable. En prendre soin, il en va de soi, et il n’y a malheureusement pas que les détails qui pêchent. On laisse les choses en l’état, ce n’est pas acceptable.
Les choix esthétiques pour la commune doivent être concertés dans des commissions et être proposé à  la population, qui choisira.

12. Les décorations de Noël ont-elles été louées ou achetées par la commune ?

13.Le bas côté de la rue Emile-Mazé est déformé, entre le foyer Clair Logis et le stop, sur une vingtaine de mètres. L’enfoncement, d’une dizaine de centimètres, est important. Cela surprend lorsque l’on roule dedans. Ce pourquoi, les voitures s’en écartent quand personne ne vient en face. Cet enfoncement doit être comblé et en attendant, le panneau chaussée déformée doit être mis en place.

14. Une plaque située ( un regard, où trappe de visite ), près de la caisse d’épargne, était à l’origine en granit. Elle a été remplacée par une plaque en acier galvanisé qui, et la démonstration en a été faite sur place à deux reprises au maire, s’enfonce lorsque l’on marché sur les coins, et ça surprend ! Trottoir fréquenté ( présence de commerces, de banques etc…), attend t’on un accident pour remédier à un problème facilement solutionable ? 

15. La circulation en sens unique dans la rue Joseph le Calvez a nécessité d’installer un panneau sens interdit à la Porterie, où il y en a même deux, on n’est jamais trop prudent. A contrario, cette circulation à sens unique n’est pas indiquée à l’entrée de cette rue. Qu’arriverait-il si un conducteur s’engageant décidait pour x raisons de faire demi-tour ( visite d’amis ” je repart par là où je suis arrivé “, ” puis non finalement je préfère remonter dans le centre “…) ? En.cas d’accidents les assurances n’épargneraient pas un manquement à la réglementation matière de signalisation. Les risques encourus valent-ils l’économie d’un panneau ?

16. Même chose pour le sens interdit du collège, Emile Mazé, panneau recouvert intégralement de mousse, lichen…

17. Les travaux de la Calèche, ou Le Costumer, coté de la grille occasionnent la perturbation de la circulation, réduisant la chaussée à une seule voie. Lorsque l’on vient de la place du château, c’est en s’engageant que l’on s’en aperçoit, et c’est trop tard. Pourquoi ne pas mettre en place des panneaux annonçant le rétrécissement de la chaussée ?

18. Sur la D782, en direction Pontivy, après le collège st Anne, l’éclairage public ne fonctionne pas. Sur cette même route, les panneaux de signalisation prévenant par un feu clignotant la présence d’une école ne fonctionnent plus, en amont comme en aval. Les riverains de cette route, où passent des centaines de véhicules chaque jour, dont nombre de poids lourd, interpellent la municipalité depuis longtemps sur la vitesse excessive, notamment dans le sens de la descente. L’ état des marquages au sol des 3 passages piétons et des places de stationnement, qui sont largement effacés, n’assurent plus la visibilité que l’on attend pour nos enfants qui méritent que l’on installe des avertisseurs lumineux pour prévenir des passages piétons aux heures de rentrée et sorties de classe, comme cela avait été évoqué pour la nouvelle route entre le cinéma et la déchetterie.